Publié le

Concevoir un jardin comestible

L’association Jardins-Nature 48 organise un

Atelier conception d’un jardin comestible

le samedi 10 avril, à Banassac

L’atelier s’appuiera sur un cas réel ; un nouveau jardin à créer.

Horaire : 14h30 – 17h30
Lieu : Chez Pierre-Etienne & Laetitia Viguier, Le Viala, 48 500 BANASSAC-CANILHAC
Animation : Benoit Bianciotto
Matériel à apporter : feutres / crayons de couleur / papier
PAF / adhésion à l’association

Objectifs

Découvrir les différents principes d’aménagement d’un jardin comestible (potager, haies fruitières, plantes
sauvages, etc.).

→ Organiser l’espace, dessiner et planifier
→ Associer les plantes entre elles
→ Gérer l’évolution du jardin

Déroulement

14h00 – 14h30 : Accueil
14h30 – 15h00 : Les principes du jardin comestible (vivaces, annuelles, fruitiers)
15h00 – 15h30 : Les végétaux et associations (les strates végétales)
15h30 – 16h15 : Dessin et recherche personnelle
Pause 15mn
16h30 – 17h15 : Présentation des dessins
17h15 – 17h30 : Conclusion et retours

Inscriptions appréciée (préparation du matériel) : bentusiii@yahoo.fr / 0607572581

Accès voitures

Voici les coordonnées : https://goo.gl/maps/c9v9Juujzpk
Se garer vers le hangar à 200m dans les bois sur la route à l’Est (un peu avant le village en arrivant de Banassac)

Présentation

Un “jardin comestible” : cette expression peut porter à sourire dans elle semble aller de soi, et pourtant… on constante avec une certaine surprise que la plupart des terres considérées comme jardin sont bien souvent peu productive, et consomment plus d’énergie qu’elle n’en produisent (tondeuse, taille-haie, assainissement…).

Mises bout-à-bout, toutes ces terres, parfois parmi les plus fertiles, représentent un part importante de notre patrimoine foncier domestique, c’est-à-dire “à portée de main”, et pourraient participer à notre alimentation.

Notions de base

Les strates

Il est désormais courant de représenter 7 strates végétales complémentaires et superposables lorsqu’on parle de paysage jardiné.

7-strates_800

  • 1. Les arbres de la Canopée haute : arbres climaciques (chêne, hêtre…) et hauts fruitiers (noyers, kaki…)
  • 2. Les arbres fruitiers de taille moyenne (pommier, prunier…)
  • 3. Les arbustes fruitiers (groseilliers, amélanchiers…)
  • 4.  Les plantes herbacées vivaces ou annuelles
  • 5. Les racines bisannuelles (radis…) et les rhizomes (gingembre, capucine tubéreuse, iris…)
  • 6. Les couvre-sol (fraise…)
  • 7. Les lianes (ronces, vigne, kiwi…)

Les facettes du jardin comestible

Les écosystèmes du jardin

Les différentes strates prennent des formes différentes selon leurs combinaison et leur mode de gestion, ou encore selon l’avancée dans le cycle de reconquête forestière.

Le potager

Le potager est, en Europe, traditionnellement une expression en réduction du champs en polyculture, labouré et pâturé : sol nu et retourné, amendement en fumier, etc.

Il convient particulièrement bien aux légumes sélectionnés dans ce mode de culture : Brassicacées (choux, raves, radis…), Apiacées (carottes, panais, céleri…), Fabacées (pois, fève, dolique…), Chenopodiacées (épinard, arroche, blette/betterave…)

L’apport assez récent de plantes américaines ou asiatiques, originaires de lisières forestières riches en humus, contrebalance cette première dynamique : Cucubitacées (courges, concombres, melon….), Solanacées (tomates, aubergines, pomme de terre…), haricots

On peut donc voir le potager comme la synthèse d’un cycle depuis la terre mise à nue vers l’accumulation de matière organique, qu’un chamboulement vienne déplacer.

La prairie

La prairie est, dans son expression écologique, un lieu brouté et pâturé, piétiné, mis à nu et amendé de manière ponctuelle. Ce n’est absolument pas une nappe vert uniforme telle que les amateurs de gazon peuvent l’imaginer.

La prairie sait profiter des moindres variation du terrains pour exprimer une diversité biologique intense. Elle occupe l’espace-temps en permanence : combine des strates de végétation selon l’altitude par rapport et selon le moment de l’année : bulbes, plantes rampantes, annuelles, bisannuelles, vivaces, etc.

Cette caractéristique peut être utilisée au jardin, avec ou sans animaux, pour disposer d’un réservoir de plantes “sauvages” comestibles indépendamment du potager.

Les haies

à venir…

La forêt fruitière

à venir…